CORNEVILLE/Stéphanie Kiwitt
Image précédenteImage suivante

Format 32 x 24 cm - 112 pages
Prix : 32€ TTC (ISBN 978-2-9528099-4-8)

 

Stéphanie Kiwitt arpente le continuum du quotidien urbain, pour tenir la chronique photographique de petites installations, volontaires ou involontaires, qu’elle repère dans cet espace public. Ces interventions, si peu visibles pour le passant qui marche d’un pas pressé, sont le fait d’individus isolés et ne relèvent pas d’un acte prémédité de modification de l’espace urbain. Ces non-évènements, le plus souvent produits de petits arrangements, d’accidents, d’adaptations qui viennent, comme par effraction, s’immiscer dans le bel agencement de la ville pensée par ses gestionnaires. La volonté d’administrer rationnellement, parfois même arbitrairement, l’espace urbain, se heurte nécessairement à la complexité, au hasard, à l’imprévisibilité. « Le quotidien, c’est pour moi une continuité de déroulement d’actions, réglées par des normes, des structures d’organisation. Ce qui m’intéresse ce sont ces états du quotidien, dans lesquels cette continuité est interrompue, soit par des incidents imprévus, soit par un comportement divergeant (aberrant) d’individus. » Prises séparément, ces petites intrusions ne retiennent peu ou pas l’attention. Le travail de Stéphanie Kiwitt consiste à les mettre en perspective, en écho, à en restituer la composante poétique, irréductible. Cornerville visualise un endroit qu’on ne peut pas décrire comme un espace homogène, régi par des structures stables, certaines. Ce travail a été mené au cours d’une résidence à Marseille en 2006 et 2007.