COLLOQUE/ CONFÉRENCE

 

 

CONFÉRENCE / TABLE-RONDE
LE PATRIMOINE PHOTOGRAPHIQUE : UNE COURSE CONTRE LA MONTRE

LE 23 SEPTEMBRE 2017 À 10H
THÉÂTRE DU CHAMP AU ROY - GUINGAMP

Journée d’étude
Le 23 septembre à 10h

Comment se décide pour les générations futures ce qu’il est bon de garder ou ce qui va tomber dans l’oubli ? La pertinence et les critères de nos choix et de nos lectures actuelles sont-ils en mesure d’anticiper l’intérêt de demain et de sauver de la disparition des pans entiers d’un patrimoine que nous ne sommes en mesure d’appréhender que partiellement, tant la production passée et présente est gigantesque ?… Comment, ici et là, les photographies sont-elles collectées, traitées, valorisées ? Comment sensibiliser le grand public à l’intérêt collectif que peut représenter un fonds photographique privé, à tout ce qui est véhiculé par ce matériau si sensible ? Parallèlement à la conservation, depuis une dizaine d’années, tout un courant de jeunes artistes contemporains se passionne pour la photographie patrimoniale et vernaculaire. Ils se l’approprient, la détournent, la dépoussièrent, la sortent de son contexte, ou au contraire l’étudient, l’analysent, lui offrent une nouvelle lecture transversale, radicale, poétique.

 

AU PROGRAMME DE CETTE JOURNÉE

9h30 - Accueil

10h - L’ignorance ou la découverte, par Gwenola Furic, restauratrice de photographies.
Qu’est-ce que le patrimoine photographique ? En avons-nous une définition commune ? Que savons-nous, et qu’ignorons-nous encore à son sujet ? La fréquentation des fonds photographiques en Bretagne depuis une quinzaine d’années, dans le cadre de mon travail de conservation-restauration, m’a permis d’observer de l’extérieur des contenus, des états, des pratiques, des projets, des discours, des actions, menés par des institutions patrimoniales mais aussi de simples passionnés.

10h30 - Désirable, indésirable ? Quand le patrimoine flirte avec la photographie, par Nathalie Boulouch, maîtresse de conférences en histoire de l’art et de la photographie, Université Rennes 2.
Entre les dernières décennies du XXe siècle et aujourd’hui, la façon d’appréhender la place de la photographie vis-à-vis du concept de patrimoine, de ses institutions et acteurs a largement varié. L’analyse rétrospective de quelques exemples et expériences permettra d’évoquer ces fluctuations.

11h - De quoi la photographie est-elle le nom ? Le paparazzi, par François Cheval, commissaire d’exposition et ancien conservateur en chef du musée Nicéphore-Niépce.
Les mots sont des faits. Dans l’histoire de la photographie, ils témoignent de situations, d’actes, de postures dont l’inventaire reste à faire. Pourtant, force est de constater la confusion qui règne autour du substantif « paparazzi ». Ce qui s’est passé en Italie, au début des années 1950, reste un impensé, un ensemble hétéroclite, un objet sans conscience, déstructuré, mais aussi une fable autorisée à l’origine de nouveaux développements.
La sauvegarde des fonds se construit bien souvent au détriment d’une construction de la photographie comme objet scientifique. En laissant le marché de la photographie dicter ses priorités, la communauté photographique se condamne à élargir le domaine de la marchandise rare, au profit de quelques-uns, contre le savoir généralisé. A travers l’exemple des premières images de ce mouvement initié en Italie, nous rendons compte de la manière dont s’est constituée un corpus « révisionniste ».

12h15 - Repas et visite de l’exposition photographique silences d’Anne Golaz

13h30 - La Collecte, table ronde animée par Céline Chanas, conservatrice du musée de Bretagne et Gwenola Furic.
Invités : Pascale Laronze de la Compagnie papier théâtre / Anne Delrez, fondatrice de La Conserverie à Metz / Michel et Nicole Sohier de l’association Connaissance et sauvegarde du patrimoine de Saint-Nicolas-du-Pélem / Catherine Cottin, responsable de la Conservation préventive aux Archives départementales de l’Orne.

15h45 - création, table ronde animée par François Cheval et Jérôme Sother, co-directeur du Centre d’art GwinZegal.
Invités : Stéphanie Solinas, artiste / Mathieu Pernot, artiste / David Fathi, artiste.

17h - Conclusion

 

 
 

CONFÉRENCE / TABLE-RONDE AUTOUR DE L'EXPOSITION CHAMPS/CONTRE-CHAMPS

Samedi 29 avril de 14h à 18h30
THÉÂTRE DU CHAMP AU ROY - GUINGAMP

Cette journée de rencontres se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension et d’échanges autour des multiples réalités du monde rural et des expositions organisées dans le cadre de Champs/Contre-Champs.

14h / Table ronde avec les artistes présentés dans l’exposition Champs/Contre-champs : Pino Musi, Rémy Artiges, Antoine Bruy et en présence de Christophe Gauffeny, architecte, directeur du CAUE (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement ) des Côtes-d’Armor.

15h / La campagne photographique, une mise à plat du paysage
En lien avec l’exposition de la série Acre de Pino Musi, cette conférence proposera une réflexion historique sur l’exploitation artistique de la commande topographique et ses conséquences sur la perception photographique du paysage. Alexandre Quoi est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Aix-Marseille Université et professeur intervenant à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles.

16h / Pause café

16h15 / Co-habiter la campagne : les agriculteurs dans les recompositions sociologiques du milieu rural
Les campagnes françaises sont aujourd’hui largement réinvesties par des habitants aux projets contrastés : entre recherche d’une naturalité rêvée et d’engagement social renforcé. Les campagnes sont aussi des lieux de relégation sociale pour des populations paupérisées et des espaces de production agricole pour des agriculteurs devenus minorité. Bertille Thareau proposera une réflexion sur la façon dont ces derniers parviennent ou non à recomposer des formes d’intégration sociale dans ces milieux ruraux en mutation.
Bertille Thareau, est sociologue, enseignante-chercheuse, responsable de l’unité de recherche LARESS (Laboratoire de recherche en sciences sociales) au sein de l’École Supérieure d’Agricultures - Angers Loire.

17h15 / Présentation du film «Réponse au brouillard»
À travers le regard de Théophane, jeune travailleur résidant au foyer de la ville de Guingamp , ce documentaire de création réalisé dans les Côtes d’Armor dresse le portrait d’une génération et tente de faire le point sur l’imaginaire de notre jeunesse et de dessiner ses lignes de fuite. En présence des réalisateurs Olivier Strauss et François Hebert.

18h15 / Pot de clôture

Entrée libre
Merci de réserver par téléphone ou mail : info@gwinzegal.com - tél : 02 96 44 27 78 Espace François-Mitterrand - 1 place du Champ au Roy, Guingamp.

Cette rencontre est organisée par le Centre d’Art GwinZegal en partenariat avec le Pays de Guingamp.

Performance dansée le dimanche 6 novembre à Guingamp

A l’occasion de l’exposition

POÉSIE DE L'INTIME

Le Logelloù et le Centre d’art GwinZegal s’associent pour vous proposer

une « performance dansée »
des artistes fInlandais Laura et Saku Koistinen

Saku et Laura Koistinen sont tous deux diplômés du Théâtre Academy d’Helsinki, ils ont travaillé avec plusieurs chorégraphes finlandais et internationaux, dont la fameuse Tero Saarinen Company. Habitués des performances en plein air ou dans des espaces non dédiés à la danse, ils savent mettre à profit les éléments qui les entourent. L’espace et le temps sont leurs précieux outils de composition, sans oublier l’humour qui caractérise leurs pièces.

Actuellement en résidence de création du spectacle SetUp au Logelloù à Penvenan, Saku et Laura Koistinen seront ici accompagnés par Philippe Ollivier qui interprétera des pièces au bandonéon et électroniques composées sur mesure pour la danse de Saku et Laura.

Le dimanche 6 novembre À PARTIR DE 15H
à Guingamp

La performance aura lieu dans l’espace François-Mitterrand au milieu des œuvres d’Anni Leppälä et de Claude Batho.
Pour permettre aux danseurs d’évoluer dans l’espace au milieu du public, le nombre de spectateurs est limité. Ils réaliseront deux sessions identiques (la première à 15h et la seconde à 16h) qui seront couplées avec une visite commentée de l’exposition.

ENTRÉE GRATUITE - TOUT PUBLIC
Merci de vous inscrire rapidement à l’une ou l’autre session en nous laissant un message à : info@gwinzegal.com ou au 02 96 44 27 78

Projection en plein air du Film de KEN LOACH LOOKING FOR ERIC ainsi qu'une séléction de courts métrages Britaniques

LE VENDREDI 22 JUILLET, GUINGAMP

 

A PARTIR DE 19H30
A l’ESPACE FRANÇOIS MITTERRAND

Visite commentée de l’exposition photographique : “British Subjects”

A PARTIR DE 20H30
DANS L’ANCIENNE PRISON DE GUINGAMP

Concert : “Nash & Frogs” (rock)

 

PROJECTION EN PLEIN AIR DU FILM DE KEN LOACH LOOKING FOR ERIC

AINSI QU'UNE SÉLÉCTION DE COURTS MÉTRAGES BRITANNIQUES.

 

GRATUIT
Réservation par téléphone ou mail :
info@gwinzegal.com - tél : 02 96 44 27 78
En cas de pluie la projection aura lieu au Théâtre du Champ au Roy

 


LECTURE - PERFORMANCE - PROJECTION : autour de l’oeuvre de James Agee et Walker Evans,
« Louons maintenant les grands hommes »

Samedi 30 avril à 18h - THÉÂTRE DU CHAMP-AU-ROY, GUINGAMP

Avec Cindy Rabouan et Bernard Mazzinghi, de la compagnie Les Fileurs d’écoute. Mise en musique par la Compagnie Caméléon

Cette lecture/performance/projection a pour ambition de faire revivre toute la puissance du texte de James Agee et de faire redécouvrir la force des images de Walker Evans... Commandité par le magazine Fortune, le reportage réalisé en juillet et août 1936 par James Agee poète et écrivain âgé de 27 ans et Walker Evans photographe de 33 ans, s’attache à décrire le goutte-à-goutte régulier de détails quotidiens de trois familles pauvres, les Tingle, les Fields et les Burroughs : cadre de vie, revenus, travail, alimentation, éducation, jugements portés sur eux par leurs propriétaires... Ce reportage va aboutir à un livre, Let Us Now Praise Famous Men : Three Tenant Families (Louons maintenant les grands hommes. Alabama : trois familles de métayers en 1936), témoignage par la photographie et le texte de la grande détresse des paysans blancs américains touchés par la dépression des années 30 aux États-Unis. Ce livre est une des grandes réussites d’un travail mené de concert entre un photographe et un écrivain.

Un manifeste en acte...
« La beauté formelle du livre, qui tient à une sorte d’instabilité et d’insatisfaction à travers laquelle Agee ne cesse de se corriger par ajustements successifs, est aussi celle des choses, de toutes les choses infinies et infiniment énumérées, même les cassées, les sales, les jetées, les rouillées, les reléguées, patiemment, indéfiniment nommées et posées, longuement, les unes à côté des autres. Choses pauvres de pauvres gens. Qui, comme par un échange magique, produisent de la richesse (profusion, accumulation, entassement) proprement littéraire. C’est par cet échange magique que des gens jusque-là invisibles sont devenus visibles. Agee a inversé simplement la vieille logique de Plutarque (Vie des hommes illustres) pour illustrer les moins célèbres des hommes, les moins perçus et les moins
aperçus. « Louons maintenant les grands hommes », dit le verset 44 du Le Livre de l'Ecclésiastique, y compris ceux dont le souvenir ne s’est pas perpétué ; qui périrent comme s’ils n’avaient jamais été ; et sont devenus comme s’ils n’étaient jamais nés ; et leurs enfants après eux. »

Pascale Casanova – Revue Vacarme n°28, février 2014.

Entrée libre
Renseignements et inscriptions : service.culturel@ville-guingamp.com
tél. : 02 96 40 64 45
En partenariat avec le Théâtre du Champ au Roy – scène de territoire

Image Walker Evan

RENCONTRE : Champs/contre-champs 2016
Samedi 16 avril, à 14h
- THÉÂTRE DU CHAMP-AU-ROY, GUINGAMP

Cette journée de rencontres, d’échanges, de débats se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension et d’échanges autour des multiples réalités du monde rural et des expositions organisées dans le cadre de cette manifestation.

14h : Patrimoine génétique : quel futur ? Conservation et dépossession
Quelle est la valeur de la vie ? La conservation du vivant engendre des questions à la fois éthiques et économiques. La volonté de maintenir la biodiversité face à la crise écologique et au changement climatique est digne d’une bienveillance naturelle. Mais comment procéder concrètement pour préserver durablement ce patrimoine génétique (plantes, animaux, humains, données informatiques) ? Comment éviter les dérives de la privatisation du vivant ? Quel avenir nous réserve les biotechnologies ?
JACQUES ARNOULD, philosophe, historien des sciences et théologien français, chargé de mission sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales, au Centre national d’études spatiales (CNES)
PIERRE HENRI GOUYON, biologiste spécialisé en sciences de l’évolution et plus particulièrement en génétique, en botanique, et en écologie, chercheur au sein du laboratoire IS YEB (Institut de Systématique, Évolution & Biodiversité), professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, à l’AgroParisTech, à Sciences Po (Paris) et à l’ENS Paris.
YANN MINGARD, jardinier de formation, et maintenant photographe, il a mené pendant quatre ans une enquête sur la conservation des patrimoines humains, animaux et biologiques.

16h : pause café

16h15 : ISABELLE VAILLANT, photographe, présentera le travail réalisé dans le cadre d’une résidence du Centre d’Art GwinZegal. Elle a dressé le portrait sensible d’Hubert Forget, curé de campagne, de plain-pied avec les réalités de son temps et les fragilités d’une société rurale.

16h45 : FRANÇOISE MORVAN, écrivain, présentera l'itinéraire d'Armand Robin avec lecture d'un poème russe par ANDRÉ MARKOWICZ, traducteur.

17h30 : pot de clôture

 

Ecouter la conférence

 

 

 

Image Yann Mingard

Conférence - Table ronde : “MIGRATIONS”
Samedi 20 février à 18h30 - THÉÂTRE DU CHAMP-AU-ROY, GUINGAMP

 

Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’université de Nice, membre du Laboratoire URMIS (Unité de Recherche Migrations et Société)
Samuel Gratacap, photographe
Mathieu Pernot, photographe

Réfugiés économiques ou politiques, fuyant la misère ou la guerre : le monde connaît depuis le début du XXIe siècle les mouvements de population les plus importants de l’histoire de l’humanité — les chiffres sont implacables. Bien avant le télescopage brutal avec l’actualité, Mathieu Pernot, Samuel Gratacap et Yvan Gastaut se sont questionnés sur ces enjeux migratoires.
Dans son livre Les Migrants, paru aux éditions GwinZegal en 2012, le photographe Mathieu Pernot relate l’odyssée contemporaine de Jawad, un jeune Afghan qui nous raconte sa traversée de l’Iran, de la Turquie et de la Grèce, jusqu’à son arrivée en France et son apprentissage du français…
Expérience et forme plastique totalement différentes, le livre Empire de Samuel Gratacap (aux éditions Filigranes) est le fruit d’une immersion, sur plusieurs années, dans la vie quotidienne du camp de réfugiés de Choucha, à la frontière libyenne. Il photographie l’attente et le désœuvrement au sein de cet environnement désertique et hostile, et donne également la parole aux migrants, dont les témoignages sont partie intégrante du projet.
Yvan Gastaut, historien et co-commissaire de l’exposition Frontière au Musée national de l’histoire de l’immigration, animera cette rencontre et nous apportera un éclairage scientifique.

Ecouter la conférence

 

Image Samuel Gratacap

CONFÉRENCE : LES COIFFES BRETONNES, ÉVOLUTION ET DIVERSITÉ PAR YANN GUESDON
Vendredi 18 septembre à 18h30 à l'Espace François Mitterrand, Guingamp.


LES COIFFES BRETONNES, ÉVOLUTION ET DIVERSITÉ PAR YANN GUESDON

La coiffe est un objet unique, symbole de la Bretagne et des bretonnes. Il en existe un nombre incalculable. De nos jours, certaines d’entre-elles se sont popularisées : la coiffe bigoudène, la coiffe de Pont-Aven - peinte par Paul Gauguin.
La coiffe est avant tout un témoignage du milieu social, de l’origine géographique, mais aussi du mode de vie.
“En regardant une coiffe du Léon, on était capable de définir si la femme était mariée, si elle était en train de terminer son veuvage, etc.”. Elle est la carte d’identité de la personne qui la porte et, par conséquent, l’élément le plus personnalisé du costume. À partir du XIXè siècle, elle va progressivement devenir une parure. Avec l’émergence de nouveaux matériaux comme la dentelle, le tulle (qui remplace progressivement le lin vers 1830), la coiffe devient un accessoire de mode.
À partir des photographies de Charles Fréger, Yann Guesdon reviendra sur les grandes familles de coiffes et leurs évolutions à travers les époques.

Journaliste, Yann Guesdon est l’auteur de nombreux articles et ouvrages : Costumes de Bretagne (éd. Palantines) et Coiffes de Bretagne (éd. Coop Breizh)

 

Image de Charles Fréger



DIALOGUE ENTRE CHARLES FRÉGER ET PASCAL BEAUSSE
vendredi 26 juin à 18h30 à l'Espace François Mitterrand à Guingamp

 

DIALOGUE ENTRE CHARLES FRÉGER ET PASCAL BEAUSSE le vendredi 26 juin à 18h30 à l'Espace François Mitterrand à Guingamp

Plus largement, au cours de cet échange sera abordé le travail mené par le photographe à travers le monde autour de communautés liées par le port de costumes traditionnels.

Les femmes et hommes, jeunes pour la plupart, photographié(e)s par Charles Fréger, appartiennent à des organisations collectives plus ou moins institutionnalisées qui impliquent le port d'une tenue vestimentaire codifiée — apprentis sumo, élèves grenadiers de la garde royale britannique, patineuses de danse synchronisée finlandaises... — et sont reliées par une expérience contemporaine d’une sociabilité, qui suppose un certain rapport à l’histoire culturelle, ethnologique, anthropologique et/ou sociale des sociétés dans lesquelles ils/elles évoluent.
La série "Bretonnes" a été réalisée au cours d’une résidence initiée et soutenue par le centre d’art de 2011 à 2014.

(*) Pascale Beausse est critique d’art et responsable des collections photographiques du Centre national des arts plastiques

Image Charles Freger

RENCONTRE : Les yeux ouverts 2015
Mercredi 3 juin 2015 de 14h à 17h au Studio GwinZegal à Guingamp

LES YEUX OUVERTS/2015
(Rencontre autour des travaux realisés dans le cadre des ateliers d’expression du centre d’art GwinZegal entre juillet 2014 et mai 2015)

Le mercredi 3 juin de 14h à 17h au [Studio]GwinZegal à Guingamp.

Une rencontre entre enseignants, personnels encadrants, médiateurs culturels et partenaires sera organisée afin d’engager une réflexion autour des actions de médiation du Centre d’Art et de Recherche GwinZegal. Un pot sera servi à l’issue de cette rencontre.

Cette année, GwinZegal a poursuivi son travail d’éducation à l’image dans 17 institutions différentes réparties sur le territoire des Côtes d’Armor. 620 participant(e)s ont suivi ces 27 ateliers pour 583 heures d’intervention. Nous souhaitons donner au travail réalisé au sein de ces ateliers un éclat particulier en les réunissant dans une exposition présentée au [Studio]GwinZegal.

Nos partenaires : École primaire publique André Lefèbvre, Plouezec / École primaire publique, Moncontour / École La Chesnaye, Guingamp / Le Service Jeunesse de la Communauté de Communes, Guingamp / Collège Jacques Prévert, Guingamp / Collège Albert Camus, Grâces / Collège François Marie Luzel, Plouaret / Collège Paul Le Flem, Pleumeur Bodou / École de St Ilan, Langueux / Le Lycée de Kernilien, Plouisy / Le Lycée Professionnel Jules Vernes, Guingamp / Le Lycée Freyssinet, Saint Brieuc / Lycée Jean moulin, Saint Brieuc / Lycée Hôtelier « La Closerie », Saint quai Portrieux / Lycée Henri Avril, Lamballe / Centre de formation BPJEPS Animation Sociale de Kernilien, Plouisy / Réseau Canopé des Côtes d’Armor / Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique des Côtes d’armor.


RENCONTRE : Champs/contre-champs 2015
Samedi 18 avril 2015 de 13H30 à 21H au théâtre du Champ au Roy à Guingamp

 

Cette journée de rencontres et de débats se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour des multiples réalités du monde rural, son histoire, ses enjeux, son devenir … en invitant des personnalités, des chercheurs, des journalistes, des artistes … à venir échanger avec le public sur leurs approches de ce monde en mutation.

Cette journée est animée par Sylvie Le Calvez, journaliste à Village Magazine.

Programme :
- 14h00 accueil des participant(e)s, visite de l’exposition
- 14h30 projection du film de Jean-Louis Le Tacon « Cochon qui s’en dédit »
- 15h15 conférence débat avec Jocelyne Porcher, sociologue, directrice de recherches à l'INRA (UMR innovation, Montpellier) autour de son livre "Vivre avec les animaux, une utopie pour le 21ème siècle" éditions La Découverte. A cette occasion, le comédien, Julien Simon, lira des pages du livre de Jocelyne Porcher.
- 16h30 pause café/thé
- 17h00 projection du film de Patrick Prado, chercheur et sociologue au CNRS, «Basculement N° 2, Un monde enragé. Le temps d'Anjela Duval ». La projection sera suivie d’un échange avec le réalisateur et Hubert de l'Estourbeillon, romancier, auteur de « La Cité des hauteurs », éditions L'Harmattan.
- 18h30 pot de clôture

Cette rencontre est organisée par le Centre d'Art GwinZegal / Village Magazine / Double Vue / Réseau au Fil de l'Eau - Pays de Guingamp

Image Henk Wildschut, Pâturage, Amsterdam, Mars 2012

 

Luce Lebart le 21 novembre 2014

 

Photographie et expérimentation au XIXe siècle

Directrice des collections de la Société Française de Photographie.
Fondée en 1854, SFP est la plus ancienne société de photographes encore active et l’une des plus importantes collections privées de photographies historiques en Europe. Rassemblant objets, images, ouvrages, périodiques et documents manuscrits, la collection, aujourd’hui classée monument historique, s’est constituée au gré des activités de ses membres : expérimentations techniques, théoriques ou visuelles. En effet, si les opérateurs brevetaient souvent leurs innovations, ils officialisaient plus régulièrement leurs découvertes par une présentation publique à la SFP suivie d’une publication dans son Bulletin et de dons d’épreuves ou d’objets. Au-delà de l’intérêt socio-historique des images conservées, c’est aussi à une lecture esthétique de « l’expérimental photographique » que nous invite Luce Lebart.

 

 

 

 


Christian Kempf le 4 octobre 2014

Conférence de Christian Kempf, Historien de la photographie et spécialiste d’Adolphe Braun, autour de la vie et de l’œuvre de ce pionnier de la photographie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image Adolphe Braun

 

Jean Guisnel et Laurent Van der Stockt le 20 juin 2014


Conférence/dialogue au Théâtre du Champ au Roy
entre Jean Guisnel, journaliste et écrivain autour des guerres sans images et Laurent Van der Stockt photographe de guerre à l’occasion de l’exposition Images de conflits.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Laurent Van der Stockt

 

Claire Guillot et Matthias Bruggmann le 31 mai 2014

Conférence/débat au Théâtre du Champ au Roy entre Claire Guillot, journaliste au Monde et Matthias Bruggmann, photographe de guerre sur la place des ONG dans les commandes photographiques liées aux conflits à l’occasion de l’exposition Images de conflits.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Laurent Van der Stockt

François Cheval et Caroline Guittet le 16 mai 2014

 

Le Centre d’Art GwinZegal vous invite à participer à un dialogue entre François Cheval, directeur du Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône et Caroline Guittet, doctorante en géographie.
A l’occasion de cette conférence, François Cheval reviendra sur l’histoire des commandes publiques liées à l’observation des paysages [Mission Héliographique, DATAR, Bureau du paysage du Ministère de l’Écologie …] et sur le rôle des photographes dans la construction d’un regard sur le paysage.
Caroline Guittet abordera quant à elle, les enjeux de la photographie comme outil de documentation et d’analyse en regard de la géographie. La dernière partie de la conférence sera consacrée à un échange autour du développement actuel des pratiques d’observation participatives du paysage

 

Henri le Pesq et Vincent Victor-Jouffe le 4 avril 2014

Conférence/dialogue au Théâtre du Champ au Roy entre Henri le Pesq, directeur du CAUE des Côtes d’Armor et Vincent Victor-Jouffe, artiste autour de la question des paysages à l’occasion de l’édition Champs/contre-champs.

 

 

Mathieu Pernot et Pascal Beausse le 14 mars 2014

 

Dialogue entre le photographe Mathieu Pernot et Pascal Beausse, critique d’art et responsable des collections photographiques du Centre national des arts plastiques, autour du travail réalisé au cours d’une résidence initiée et soutenue par le centre d’art en 2011, 2012 et 2013.
A cette occasion le photographe a métamorphosé des bunkers, datant de la seconde guerre mondiale, en camera obscura, interrogeant par là-même une pratique «pré-photographique» et le statut de ces vestiges d’architectures militaires en tant que dispositif optique de contrôle et d’observation du paysage.
Ce travail, qui a déjà fait l’objet d’une exposition au FRAC Bretagne à l’automne 2013 et de la publication d’un ouvrage «Ligne de mire» aux Éditions GwinZegal, sera présenté au prochain festival «Peuples et nature» de la Gacilly.


A l’issue de cette rencontre, le Centre d’Art vous invite à savourer soupe et pain afin de prolonger cet échange.

Une rétrospective du travail de Mathieu Pernot est actuellement visible au Jeu de Paume à Paris.

 

 

 

Julie Jones, Docteur en histoire de l’art.

 

A l'occasion de l'exposition de Jerzy Lewczyński GwinZegal vous propose une

conférence ce vendredi 25 octobre à 19h30
autour de la thématique

Les avant-gardes photographiques.

Par Julie Jones, Docteur en histoire de l’art.
Chargée de recherche au Cabinet de photographie du Centre Pompidou, Paris.

 

 

LIVRE, IMPRIMÉ ET PHOTOGRAPHIE/2010 - Guingamp.

avec la participation de :


Ute Eskildsen, directrice du département photo du Musée Folkwang, Essen.
Gerhard Steidl, directeur des éditions Steidl.
Martin Gasser, conservateur de la Fondation Suisse pour la Photographie, Winterthur.
Machiel Botman, photographe et commissaire d’exposition.
David Benassayag, codirecteur des éditions Le Point du Jour.
Stéphae Duroy, photographe.
Florian Ebner, directeur du Photomuseum de Braunschweig.
Arno Gissinger, photographe et historien de l’art.
Christian Caujolle, commissaire d’exposition.
Michelle Debat, historienne, maître de conférence à l’UFR Arts de Paris VIII.
Dominique Gaessler, directeur des éditions Trans Photoraphic Press.
André Gunthert, chercheur en histoire visuelle et Maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Claire Schvartz et Maxime Milanesi, codirecteurs des éditions Frédéric Pierre & Camille Françoise.
Marcel Feil, commissaire d'exposition, FOAM Fotomuseum Amsterdam.
Christian Ryo, directeur de Livre et Lecture en Bretagne.
Olivier Pennaneac’h, chargé de l’économie du livre, Livre et Lecture en Bretagne.


LE MÉCÉNAT / 2009 - Guingamp.

avec la participation de :


François Barré, ancien Président du Centre Georges Pompidou et des Rencontre Internationales de la Photographie d’Arles.
Sylvie Robert, vice-Présidente de la Région Bretagne
Auguste Coudray, Président du Festival Photo Peuples & Nature et Directeur des Relations Publiques de la marque Yves Rocher La Gacilly
Jean-Yves Briant, Directeur du Centre Hospitalier Yves Le Foll
Martine Le Bras, Chargée de mission emploi formation, mécénat à la DRAC Bretagne
Jean-Claude Balanant, Vice-président du Conseil régional de l’Ordre des Experts- Comptables de Bretagne
Chantal Nedjib, Directeur de la Communication HSBC France, Déléguée Générale de la Fondation HSBC pour la photographie
Agnès de Gouvion Saint Cyr, Inspectrice générale pour la photographie au Ministère de la culture sur la place du mécénat dans la photographie
Claudy Lebreton, Président du Conseil Général des Côtes d’Armor et Président de l’Assemblée des Départements de France
Bruno Caron, Président de Norac, organisateur de la Biennale d’art contemporain de Rennes S.E.M
Pavel Fischer, Ambassadeur de la République Tchèque en France